CAMEROUN : LE TEMOIGNAGE PALPITANT DE PAUL MAHEL SUR AKERE MUNA

cameroondailyjournal/ Le journaliste a rejoint l’équipe de campagne de Me Akere Muna lors de la présidentielle du 07 octobre dernier. Dans une tribune, publiée sur les réseaux sociaux, l’homme est revenu sur cette expérience qu’il qualifie de fructeuse. “Le temps d’une campagne électorale,

CAMEROUN : LE TEMOIGNAGE PALPITANT DE PAUL MAHEL SUR AKERE MUNA
CAMEROUN : LE TEMOIGNAGE PALPITANT DE PAUL MAHEL SUR AKERE MUNA

je me suis senti plus utile à mon pays que je ne l’ai été en presque 20 ans de journalisme”, écrit-il. Ci-dessous le témoignage de Paul Mahel sur Me Akere Muna

L’idée qui me trottait dans la tête était de faire de 2018 une année sabbatique. Je venais de passer 6 années à voyager a l’intérieur du pays, à travers le continent et même au delà. Puis je suis tombé sur Akere Muna. Dès notre premier échange, il m’est apparu comme un grand homme, un grand patriote avec une vision pour son pays.


Son discours m’a séduit car pour la première fois ces 20 dernières années, je discutais avec un candidat à la présidentielle qui ne se considérait pas comme le Messie et qui pensait que le peuple est au centre de tout.

Akere Muna m’a confié des responsabilités importantes au sein de son staff, des responsabilités qui vont bien au delà de ma fonction officielle de porte-parole. J’ai eu l’opportunité pendant cette Campagne de travailler avec des jeunes camerounais,


qui pour la plupart ont abandonné des positions confortables et dont l’expertise pointue n’avait d’égale que la passion et la ferveur patriotique qui les animaient.

Akere Muna pour nous n’était pas le patron, c’était le prof, dont l’approche pédagogique s’inspire de la “Maïeutique Socratique”. Cette Campagne a été une aventure exaltante et riche d’enseignements.


Je me sens privilégié d’y avoir participé activement. J’ai sillonné notre pays, rencontré des compatriotes des tous les bords et de toutes les strates. J’ai essuyé autant de quolibets que j’ai reçu des félicitations. J’ai touché du doigt les réalités de notre pays et j’ai pu mesurer assez clairement les enjeux et les défis auxquels nous devons faire face en tant que nation.

Au risque de décevoir certains, le temps d’une campagne électorale, je me suis senti plus utile à mon pays que je ne l’ai été en presque 20 ans de journalisme.


Nous avons mené une belle campagne. Nous la voulions propre, sans boules puantes, guidée uniquement par le désir de servir les camerounais. Toutes les décisions que nous avons prises n’ont été motivées que par la volonté de notre leader de placer la volonté du peuple au centre de ses préoccupations.

Nous sommes fiers de ce que nous avons fait et nous soumettons volontiers au tribunal de l’histoire. C’est avec fierté que je raconterai tout ça à mes petits enfants car tout ceci aura impliqué des sacrifices pour nous tous et pour nos familles.

Aujourd’hui le Conseil Constitutionnel a prononcé son verdict. Nous en prenons acte mais les enjeux. et les défis qui attendent notre nation sont intacts. Nous devons y faire face, tous ensemble.

Pour cela, il est impératif que nous soyons capables de nous regarder et de nous parler au-delà de toute forme clivage. Nous devons également pouvoir nous projeter au-delà de notre espérance de vie. En sommes nous capables ? Seule l’histoire nous dira.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here