CAMEROUN : POUR AVOIR PASSE LA PAROLE A Mgr KLEDA, ISSA TCHIROMA S’ENERVE CONTRE RFI

cameroondailyjournal/ « Nous demandons à RFI de cesser de s’immiscer de la sorte dans les affaires internes du Cameroun et d’arrêter de donner la parole aux va-t-en-guerre qui veulent instrumentaliser l’opinion dans l’optique de susciter une insurrection, et à terme, de déstabiliser notre pays »

Dans ses tranches d’information matinales de ce jeudi 25 octobre 2018, Radio France Internationale (RFI) a diffusé un extrait d’interview de Monseigneur Samuel Kleda, Archevêque de Douala et président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun.

CAMEROUN : POUR AVOIR PASSE LA PAROLE A Mgr KLEDA, ISSA TCHIROMA S'ENERVE CONTRE RFI
CAMEROUN : POUR AVOIR PASSE LA PAROLE A Mgr KLEDA, ISSA TCHIROMA S’ENERVE CONTRE RFI

Ce dernier a mis en doute la transparence des résultats de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, lesquelles donnent Paul Biya, Chef de l’Etat sortant et candidat à sa propre succession, largement vainqueur avec 71,28 % devant l’opposant Maurice Kamto, qui conteste sa position de deuxième avec 14,23%.


« Je crois que ces résultats ne relatent pas la réalité. Ces résultats ne me semblent pas corrects du tout. Je donne seulement l’exemple du grand nord, où le parti au pouvoir a remporté 89 %, est la partie du pays où il y a plus de misère, où les gens sont obligés quelque fois de migrer,

où des jeunes ont rejoint le groupe Boko haram , il est difficile que là-bas on obtienne ce pourcentage-là. Ces chiffres qu’on nous présente aujourd’hui sont difficilement fiables » a déclaré Mgr Kleda.

Une déclaration de trop, estime Issa Tchiroma, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, qui a rappelé à l’ordre Radio France Internationale dans la soirée de ce jeudi 25 octobre 2018.


Le ministre Tchiroma accuse RFI qui émet depuis Paris, la capitale française, d’avoir publié pendant l’actuel processus électoral au Cameroun, une série de propos des « va-t-en-guerre qui veulent instrumentaliser l’opinion dans l’optique de susciter une insurrection et à terme de déstabiliser notre pays »

En substance, Issa Tchiroma fait savoir que « le gouvernement camerounais est choqué et indigné par le traitement que RFI fait depuis quelque temps de l’actualité postélectorale au Cameroun, et qui se trouve comme chacun aura pu s’en rendre compte,


être attentatoire à l’honneur et à la dignité de la volonté du peuple camerounais telle qu’elle s’est exprimée le 07 octobre 2018, et proclamée par le Conseil constitutionnel le 22 octobre 2018.

Le gouvernement exige le respect et la considération de la volonté du peuple camerounais qui, de toute son existence n’a jamais accepté le diktat d’une puissance tutélaire pour décider de son avenir où de son sort…

RFI s’est illustrée tout au long du processus électoral qui vient de s’achever, par une carence criarde de professionnalisme, caractérisée par un refus systématique d’observation des règles professionnelles élémentaires, d’équité et d’équilibre.


Cela s’est par exemple illustré par un glissement savamment opéré par RFI, en attribuant à l’ensemble de l’épiscopat du Cameroun, la position personnelle exprimée par l’Archevêque de Douala, Mgr Samuel Kleda sur le déroulement de l’élection présidentielle dans notre pays…

Nous dénonçons donc avec vigueur, la façon donc RFI ouvre ses espaces de diffusassions à des ONG et autres activistes de tout bord donc le comportement dolosif et hostile contre notre nation, est connu de tous.

Nous demandons à RFI de cesser de s’immiscer de la sorte dans les affaires internes du Cameroun et d’arrêter de donner la parole aux va-t-en-guerre qui veulent instrumentaliser l’opinion dans l’optique de susciter une insurrection et à terme de déstabiliser notre pays »


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here